Toblach - Maribor : sur la Drausienne

Les montagnes sont derrière nous, finis les cols des Dolomites! Une dernière montée nous fait arriver dans le petit village d'Außervillgraten, où nous rencontrons une famille... pas comme les autres.

 

Peter, Petra, Ben et Esmé, "the cyling family", ne vivent pas pour  voyager, mais vivent en voyageant ! On a de la chance de les rencontrer à l'un des rares moments de pause dans les montagnes autrichiennes. Ils ont plusieurs milliers de kilomètres au compteur, sur tous les continents, Ben et Esmé ayant passé leurs derniers mois avant la naissance à vélo : sur deux roues avant même d'être nés, ça promet ! Ben nous a fait un dessin d'une "maison" dans la forêt, qui a la forme triangulaire d'une tente...

Ci-dessus, un pont digne d'Indiana Jones dans le temple maudit nous aura donné quelques frissons malgré les sourires affichés sur la photo.

 

 

 

L´Autriche sait s'occuper des cyclistes : un réseau de pistes cyclables immense, des indications (panneaux, cartes) efficaces et beaucoup d'équipements le long des pistes (table de pique-nique, outils, fontaines,etc.).

 

 

 

Les fontaines autrichiennes, notamment, nous tapent dans l'oeil par leur originalité, comme ce calumet de la paix...

 

 

On ne croise pas beaucoup de villes, et continuons de longer la Drau, en traversant la Carinthie. On prend la tangente en se disant qu'on poserait notre tente au bord du lac Faakersee. Mais tous les accès au lac sont privés ! On s'arrête dans une forêt dans les hauteurs, effarés qu'un site naturel comme un lac puisse être privatisé presque intégralement sur des kilomètres, comme le lac Wörthersee un peu plus loin...

A Toppelsdorf, nous sommes accueillis par Angelika et Horst, un couple de cyclistes qui n'hésitent pas à affronter la longue côte jusqu'à chez eux, la dernière maison du village. Le couple vivait à Klagenfurt, la grosse ville du coin, et rêvait de se construire une maison faisant face à la chaîne des Karavanke, dans ce petit coin où ils passaient lors de leurs randonnés à VTT ; et ils l'ont fait ! En projet pour eux cet été : Seattle - Los Angeles en un mois !

Le temps est toujours aussi gris et pluvieux, et l'orage menace. La piste cyclable le long de la Drau, pas toujours goudronnée, est vite inondée. Nous prenons la route - bien moins plate par contre - à travers les petits villages. Toujours pas d'accalmie : nous allons frapper aux portes pour demander à monter la tente sous des abris. Et la pluie nous guide vers Erich et Annemarie, un couple de retraités adorables et très marrant qui ne nous laisseront presque plus partir ! C'est l'une des plus belles rencontres du voyage, et comme nous l'écrit Erich plus tard, nous avons aussi le sentiment "d'arriver comme des étrangers et de repartir comme des amis". Petit serrement de coeur en partant, mais la route continue !

 

 

Comme entre l'Italie et l'Autriche, les villes et les panneaux bilingues avaient déjà commencé à nous donner le ton avant l'arrivée en Slovénie. Nous y voici donc !

 

Nous fêtons ces premiers coups de pédales en terre slave par un petit apéro avant que le serveur nous dise qu'il est déconseillé de reprendre le guidon apres avoir bu une bière sous peine d'amende.

 

 

 

La Drau se transforme en Drava, et la piste cyclable près de l'eau se transforme en routes montagneuses  nous qui pensions en avoir fini avec les montagnes, on est servis ! Mais les paysages en valent la peine...

De bon matin, les hommes d'un village sont rassemblés pour un tournoi d'un jeu local qui ressemble à du bowling, les yeux rivés sur une boule attachée à une corde, en attendant le strike. Un monsieur nous parle dans un mélange de langues et nous propose du schnaps (eau de vie) local ...

Ceux qui connaissent Gaetan savent qu'il peut être un peu tête en l'air ou tête brûlée...

Nous arrivons à Maribor, la deuxième ville de Slovénie...

 

Le festival de la Drava a lieu en ce  moment sur les quais piétons du centre ville et nous assistons le soir en terrasse à la victoire de la France contre la Roumanie pour le premier match de l'Euro.

 

Ci-contre, Gaetan pose à côté de la plus vieille vigne du monde (Guinness l'atteste !), qui a plusieurs siècles, et produit toujours une belle récolte chaque année.

 

Après un repas dans "le premier restaurant rom d'Europe" (où tout sur le menu est précédé de "Rom", nous prenons donc des frites roms avec du pain rom et de la viande rom :)), on repart vers l'Autriche. Le garde-frontière meurt d'ennui dans son préfabriqué. Est-ce qu'il faut lui dire "hallo" ou "zdravo" ?

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Rom JJK (samedi, 02 juillet 2016 18:36)

    ZdrHallo !