Saint-Agnant - Paris : La boucle est bouclée !

 

 

Notre circuit se termine. Pas si court que ça finalement. Souvent sur courant alternatif chargé de dérivations, ce voyage à vélo nous aura surtout offert une batterie de rencontres intenses et solaires, de resistances mais aussi parfois de tensions ou de pétage de plombs. 

 

Ces tonnes de souvenirs se bousculent  alors qu'il nous reste encore quelques jours de pédalage avant de boucler la boucle à Paris.

 

 

Les bourrasques de vent derrière nous, on reprend la route le long de la côte atlantique sur la Vélodyssée, l’Eurovélo route qui va du cap Nord en Norvège à Sagres au Portugal. Entre les dunes ou les marais salants en face de l'île d'Oléron, les paysages nous permettent d'oublier un peu la pluie qui continue. Trempés, un petit café avec Stéphanie (qu'on n'a pas revu depuis Milan) et sa copine Elodie ne sont pas de trop pour nous réchauffer.  

 

Après le parc à huîtres de Marennes, on fait un détour par Brouage, jolie cité au milieu des marais et ancien port de commerce du sel.  Avec sa rue principale, la rue du Québec, et les drapeaux québécois qui flottent au vent, on se croirait outre-Atlantique : le village est fier de son plus illustre enfant, Samuel de Champlain, navigateur et fondateur de la ville de Québec. Après un petit tour à l'expo qui raconte son histoire, on saute sur nos selles pour rejoindre "les cookies", Aurélien, Delphine et leur bambin Liam qui nous accueille à Saint Agnant. Membres de différents réseaux d'accueils et d'échanges (Warmshowers, Couchsurfing, Systèmes d'Echanges Locaux...), cette famille végane a choisi de tout quitter pour se lancer dans un voyage au lent et long court et sans retour en France puis à l'étranger, à rebours des avis de leur famille et et du conformisme metro/boulot/dodo. Vous pouvez suivre leurs aventures, qui ont commencé fin avril pour le premier anniversaire de Liam, sur leur site. Bonne route à eux !

 

Le pont transbordeur de Rochefort - une nacelle coulissante suspendue par des câbles - est en travaux. Il faut se résoudre à passer cet effrayant pont aux airs d'autoroute...

 

La boussole toujours pointée vers le Nord, le soleil de retour, on remonte tranquillement la Charente puis, en passant par Fouras (la ville du père de Fort Boyard, au large), la côte atlantique jusqu'à la Rochelle. Le port de plaisance est impressionnant avec des embarcations à perte de vue. On se pose un peu dans la magnifique médiathèque de la ville, avant de rejoindre, ivres de livres, le hangar de Madneom à Marans. Croisés à Libourne lors du festival des Invasions de Lucanes où nous étions bénévoles deux ans plus tôt, Ben et Floria, qui nous accueillent ce soir, sont spécialisés dans la conception artistique et fabrication de mobilier, décors et sculptures en métal destinés en particulier aux festivals. Selon l'ambiance (Hellfest, skatepark...), on peut trouver des tables en forme de menottes, un papillon géant, un bar à muscadet ou encore une Cadillac et des ailes d'avions. On passe une excellente soirée tajine / vin rouge avec leurs potes et le fils de Floria avant de dormir dans une caravane ! 

  

Un sacré univers, qui nous rappelle ceux de Tim Burton ou de Terry Gilliam.

 

Le long de la Sèvre Niortaise, au cœur du Marais Poitevin

 

Après avoir hésité entre Nantes et Niort pour retrouver la Loire puis la région Parisienne, on choisit de couper à travers la campagne des Deux-Sèvres. 

 

En fin d'après-midi, on arrive dans le petit village de Germond-Rouvre. Une école, visiblement fermée depuis quelques années, nous tend les bras. La desertification des campagnes, la fermeture des écoles rurales et leur regroupement nous laisse penser qu'on peut poser notre tente sans stress sous le préau de la cour de récréation, à l'abri du vent et de la pluie. Pas de chance, c'est justement la soirée de la réunion du foyer rural qui a lieu dans l'école. On se présente et on parle un peu du voyage à une participante. Compréhensive, celle-ci nous rassure et contacte le maire pour l'informer de l'arrivée de deux invités au village. On a même le privilège de recevoir cinq minutes plus tard le maire lui-même, qui nous souhaite la bienvenue et nous invite même à passer à la mairie le lendemain pour prendre une douche dans le local construit en attendant l'arrivée éventuelle de migrants (mais sont-ils seulement informés qu'ici et dans sans doute encore pas mal d'endroits, on les attend les bras ouverts ?).

 

Le long de la "Vélo Francette", une piste qui va de La Rochelle à la Normandie

 

A Saint-Loup-sur-Thouet (charmant petit village), le château qui aurait inspiré Perrault pour "Le Chat Botté".

 

La journée touche à sa fin, quand une deux-chevaux s'arrête au bord de la route. On rencontre Alain, qui a beaucoup voyagé à vélo et serait ravi de nous accueillir chez lui ce soir si le cœur nous en dit. Seulement... il habite à 20 km d'ici : le temps presse si on veut y être avant la nuit. Il nous laisse sa carte : "Boîte à frissons et p'tits trous - accordéon diatonique, orgue de barbarie". Il ne nous en faut pas plus pour se décider : c'est parti pour un sprint de presque une heure, qui en vaudra bien la peine !

 

Le soleil a disparu, la nuit tombe, mais on a réussi notre pari : nous voilà arrivés chez Alain !

 

Une superbe roulotte trône au milieu du jardin : c'est là qu'on passera la nuit ! Alain a roulé sa bosse et il a sans doute goûté à tous les moyens de transports existants, y compris l'âne (dont l'entêtement n'est apparemment pas légendaire), mais sa façon préférée de voyager, c'est quand même le vélo, ni trop lent, ni trop rapide, à la hauteur des gens, offrant une liberté immense. Il rentre justement d'un voyage en Thaïlande.

 

A l'intérieur de la maison, on n'en finit pas d'écarquiller grand nos yeux : à côtés de dizaines de petites figurines accordéonistes, des instruments de musique se sont cachés dans tous les coins et recoins des pièces. Avec les voyages, la musique, c'est sa vie, à Alain. Il joue surtout de l'accordéon (écoutez le ici), mais il touche aussi à l'harmonica, au bandonéon, au concertina (qui sont tous des membres de la famille des instruments à anche), ou encore à la guitare, au banjo... et au ukulele ! C'est parti pour une jam session improvisée...

 

Ci-dessus et ci-dessous, notre belle maison à roulettes d'un soir

 

 

C'est dans cette roulotte qu'Alain a voyagé quand il était musicien pour le cirque Bidon, dont il nous raconte la passionnante histoire. Tout a commencé dans les années 1970, quand deux copains ont décidé de plaquer leurs boulots d'instits pour monter un cirque. Et comme ils n'y connaissaient rien, ils ont décidé d'appeler ça le cirque "Bidon".  Ce cirque avait (et a toujours) la particularité d'être l'un des derniers cirques itinérants en calèches, sans voitures ni camions. Alain ne les suit plus, mais nous parle du quotidien du cirque en tournée, à la fois merveilleux et éprouvant.

Le cirque parcourt depuis presque cinquante ans les routes de France et de Navarre au rythme des chevaux qui tirent les calèches. En Italie, ce cirque sans chapiteau - pour jouer sous les étoiles - a gagné ses lettres de noblesse, et a pris le nom de "Circo Bidone" qu'on retrouve sur notre roulotte. Leur tournée de cette année (le long de la Loire entre l'Indre et la Loire-Atlantique) a déjà commencé : n'hésitez pas à aller les voir !

 

Alain a gardé du cirque un brin de folie qui donne un peu de gaieté et de poésie à la vie. Voici par exemple ci-contre son camion, redécoré par ses soins. Comme dirait (ou ne dirait pas, qui sait) Lao Tseu, cité sur le capot : "Je sais pas si c'est bien, mais ça m'plaît !"

 

A Chinon, on demande notre route à deux ados : "Vous voulez allez à Tours en vélo ?! Vous êtes bien vaillants !" On se dit - coup de vieux - qu'on n'est plus trop en phase avec le vocabulaire des "jeunes"...

 

Alors qu'on pensait rejoindre Tours en deux jours comme entre Agen et Libourne, grâce à une route beaucoup plus plate que ne le sont nos cuisses en cette fin de voyage, on se surprend à débarquer à Tours à la tombée de la nuit. On retrouve le sourire et l'énergie d'Emilie, qui nous héberge dans la vieille mais grande maison bourgeoise où elle est en coloc avec 4 autres personnes. Le lendemain de notre départ en voyage, voilà presque 11 mois, elle a ouvert avec un copain le "Court Circuit", un café structuré en SCOP qui ne fonctionne qu'avec du mobilier et des produits locaux et accueillant pleins d'événements et d'initiatives sociales et solidaires. Comme à Toulouse, le week end est plein de concerts, rencontres, retrouvailles et découvertes. 

 

Notre voyage musical du weekend a commencé avec Elefent (ci-dessus), un groupe de blues/folk américain que vous pouvez écouter ici.  

 

On s'est ensuite envolé vers le grand Nord scandinave avec le magnifique chœur Lumen Laulu (ci-contre),  qui nous a fait voyager, frissonner, et même pleurer.

 

Enfin, le groupe No Tongues a clôturé ce tour du monde par un voyage sur les traces des "voix du monde", cherchant sur leurs instruments à coller au plus près aux mouvements, intonations, matières et expressions de voix enregistrées par des ethnomusicologues en 1929 et 1995, comme ce paysan vendéen menant ses bœufs au labour...

 

Notre passage en Touraine ne serait pas complet sans quelques verres avec les amis, d'autant plus que c'est l'anniversaire de Léa : bienvenue dans la trentaine !

 

Le compte à rebours commence : plus que quelques jours de voyage avant d'être de retour en région parisienne. On a hâte d'un côté de revoir tous ceux et celles qui nous manquent, de faire la connaissance du petit neveu arrivé en notre absence, de retrouver le confort d'un toit, le plaisir d'un douche quand on veut, le luxe d'un vrai lit. Mais on se demande aussi si les mille et un gestes qui sont presque devenus des rituels pendant un an - l'organisation de nos sacoches, le mouvement sur les vélos, la tente qu'on monte et démonte... - ne vont pas aussi nous manquer. 

 

Le long de la Loire qu'on remonte, on est accueillis à Blois par Thomas et Justine, qui s'y sont installés récemment après avoir vécu en Nouvelle-Calédonie et voyagé en Asie du Sud Est en sac à dos. Prochaine étape : la Loire à Vélo, qui passe à quelques dizaines de mètres de chez eux !

Entre Blois et Orléans, la piste de la Loire à vélo est moins charmante... On passe notamment à quelques dizaines de mètres de la centrale nucléaire de Belleville, dont les deux réacteurs entachent notre horizon depuis déjà pas mal de kilomètres. On frissonne un peu de passer si près de ces structures : espérons qu'il ne faille pas un Tchernobyl ou un Fukushima français pour que le pays sorte enfin du nucléaire... 

 

Bords de Loire

 

Dernières rencontres avant les retrouvailles : Pascal et Céline nous hébergent à Orléans, avant qu'on quitte la Loire pour traverser le Loiret puis l'Essonne. Pascal a déjà beaucoup voyagé à vélo, notamment jusqu'aux Emirats Arabes Unis où il a retrouvé son fils (un voyage à revivre sur son site jsmf2015 - pour "Jamais Sans Mon Fils"). Une grande carte parcourue de nombreuses lignes dans la cuisine rappelle toutes les routes sur lesquelles il a déjà pédalé. Céline et lui préparent un grand voyage ensemble et accueillent en attendant les cyclovoyageurs de passage. 

 

On entre dans la phase des "derniers" : dernière soirée Warmshowers avec eux, puis dernière nuit en tente à l'entrée de l'Essonne, derniers coups de pédales avant Paris, dernières routes inconnues avant de retrouver des paysages et visages familiers... 

 

Et enfin, onze mois après le départ, nous arrivons à Evry ! La famille est au rendez-vous pour la double fête du retour des voyageurs à vélo et du l'arrivée au monde du petit Léon (emmitouflé dans sa couverture dans les bras de Klervi), qui vient d'avoir deux mois. Le jardin est en fleurs, le ciel est clément, et le plaisir immense de retrouver une partie de tous ceux et celles qui nous ont manqué cette année ! 

 

Catherine et Marc nous accompagnent pour les derniers quarante kilomètres qui séparent Evry de Paris en longeant la Seine, jusqu'au parc de Belleville. Quelle étrange sensation de frayer notre chemin dans les rues parisiennes puis de reconnaître les rues de notre quartier, puis de revoir nos ami.e.s ! Ca y est, la boucle est bien bouclée : 15 000 kilomètres, onze mois et un jour de voyage, 18 pays traversés, des centaines de rencontres et des souvenirs innombrables...

 

Avril 2016    

    Mars 2017


"Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux" (Marcel Proust). Nous pourrions y ajouter les cheveux et la barbe... Et comme dirait l'écrivain voyageur Nicolas Bouvier, "il faudra repartir". 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Elena et Gaetan (vendredi, 12 mai 2017 13:57)

    Merci à toutes et tous de nous avoir suivis. C'était le dernier article du voyage, mais on revient bientôt sur ce blog avec quelques bonus...

  • #2

    Pat (samedi, 13 mai 2017 16:48)

    Bon atterrissage !

  • #3

    hugo (et nina), warmshowers (lundi, 15 mai 2017 23:40)

    C'est fou, j'ai vu le cirque bidon en italie ça doit faire 20 ans, j'en garde un souvenir extraordinaire !

    Vous nous aviez déjà fait voyager lors de votre passage à castelnaudary, et aujourd'hui vous me faite voyager dans le temps !


  • #4

    alain (mercredi, 31 mai 2017 17:02)

    salut les p'tits loups, content de lire la suite et de me remémorer la super soirée passée ensemble. C'est vraiment bien de mettre des extraits sonores.
    J'espère que tout va bien pour vous.
    La semaine prochaine je file sur Blois retrouver les amis du Cirque Bidon et voir leur nouveau pestak'
    Bises, alain

  • #5

    Les Cookies ! (mercredi, 20 septembre 2017 21:50)

    Coucou les amis, ça nous fait plaisir de pouvoir lire la suite de vos belles aventures cyclopédiques et les belles rencontres que vous avez faites. Nous n'oublierons jamais la chouette soirée à la bougie et aux sons de vos voix et instruments mélodieux. L'aventure s'écrit désormais sur les chemins pour nous aussi. Nous espérons pouvoir vous revoir un jour. Bon retour en tout cas ! Au fait, vous nous aviez demandé notre adresse postale mais a priori on a jamais reçu de courrier de votre part, c'est normal ou il est parti en voyage lui aussi ? (ce ne serait pas le seul depuis le début de notre voyage !)

    On vous embrasse Elena et Gaëtan !

    Bisous de Delphine,Liam et Aurélien

  • #6

    Elena et Gaetan (jeudi, 21 septembre 2017 11:47)

    Salut les Cookies ! Merci pour votre message, on suit vos aventures et on est ravis de voir que tout se passe bien. Si vos pédales vous mènent du côté de Nantes, c'est là qu'on a posé nos sacoches, n'hésitez pas à nous contacter. On n'a pas reçu votre adresse en fait, est-ce que c'est une boîte postale ou avez-vous trouvé un autre système pour le courrier ? A bientôt, et bonne route !