Maribor - Vienne : de la Mur au Danube

Et nous voici de retour en Autriche, après ces deux petites journées slovènes.

 

Cette fois, après avoir goûté aux Alpes françaises, italiennes, slovènes et autrichiennes, finies les montagnes et vive le plat !

 

On vous disait bien que l'Autriche était le pays des cyclistes, ils prévoient même des hamacs le long des pistes cyclables !

 

Depuis la frontière slovène, la Mur (fleuve qui se prononce "l'amour") nous conduit donc juqu'au coeur de Graz.

Un des mystères du voyage : ces signes sur les portes des maisons sont-ils des équations non résolues, les codes mafieux des personnes à abattre, les messages cryptés d'amoureux transis ? La réponse en cliquant ici...

 

Une piste cyclable europénne (l'Eurovélo 9), qui doit joindre la Baltique à l'Adriatique, relie Maribor à Vienne. Mais on fait d'abord un petit détour par Graz, où nous accueillent d'abord Klaus, puis Jean et Marie : merci à tous pour leur hospitabilité et pour les soirées passées ensemble !

 

Klaus a lui-même déjà pas mal voyagé à vélo notamment en Inde, et Jean et Marie ont le projet de (peut-être) pédaler de Graz à Angers... Chez eux, nous retrouvons le magazine Carnets d'Aventures, que nous avions découvert en préparant le voyage : une mine d'or, qui nous parle d'autant plus depuis que nous sommes partis !

 

Apres une bonne Graz mat', on prends le temps de se balader en ville, de découvrir sa citadelle sur la colline, ses tunnels, et ses kébabs à 2,50€...

 

 

 

Cette passerelle, qui fait aussi terrasse de bar, traverse la Mur, relie les deux parties de la ville et notamment la vieille ville au quartier hipster.

 

Dans ce dernier, le nom de la Kernstockgrasse, (nom d'un poète nazi) dans laquelle se situe l'église contemporaine ci-dessous, a été rebaptisée lors d'une action flash "rue Kurt Cobain". 

L'église St André de Graz, qui vaut le coup d’œil !

Bivouac à l'abri des regards... mais pas des fourmis et des moustiques

 Notre avancée vers la capitale autrichienne nous fait grimper les dernières collines  de la chaîne alpine que l'on aura suivie d'Ouest en Est. Avant d'en finir avec les dernières côtes, on fait une halte dans le jardin d'un couple, qui nous accueille avec des gâteaux aux pommes et du sirop de sureau, faits maison, et une splendide vue sur les montagnes derrière nous.

 

La traversée de Vienne pour rejoindre l'appartement de nos amis Céline et Fabian est interminable - on redécouvre la taille que peuvent prendre les capitales, nous qui n'en avions plus vues depuis Paris - mais nous donne un aperçu du centre ville musée qu'est Vienne. Le soir, nous retrouvons également Klervi, la sœur d'Elena, pour quelques jours revigorants auprès de visages connus.

 

Pour la première journée a Vienne, Fabian nous guide, sous une chaleur torride, le long du canal du Danube, très bien aménagé et repeint de graffitis, où se mêlent sportifs et badauds en tous genres.

 

La rue commerciale nous fait découvrir des glaces aux saveurs traditionnelles étonnantes du pays comme le sureau ou l'huile de graine de citrouille.

 

L'architecte Hundertwasser a beaucoup œuvré à Vienne où ses insolites créations difformes, colorées, aux structures végétalisées et aux sols tout en relief font merveille et cohabitent avec les mille et uns bâtiments de l'empereur, de Sissi and co. A droite par exemple, la centrale thermique de Spittelau, réalisée par ses soins.

 

 

Ces habitations de toutes les couleurs ne sont visibles que de l'extérieur, au grand bonheur de leurs habitants, car il s'agit de logements sociaux, comme il en existe beaucoup à Vienne.

 

Nous assistons également ce jour la à la Gay Pride, un moment de ferveur pour la communauté LGBT massivement présente et festive dans des tenues plus folles les unes que les autres. 

 

Bien qu'un parti d'extrême droite ait failli accéder à la tête de l'Etat quelques  semaines plus tôt, les personnes LGBT sont (heureusement) visibles, même sur les signalisations lumineuses de la ville, mises en place à l'occasion du succès de Conchita Wurst à l'Eurovision en 2014.

 

En quittant Vienne, on passera d'ailleurs au bord d'une plage de nudistes le long du Danube, aux abords de la ville.

Golden boys and girls

Après une journée déambulage de la ville, on part le lendemain pour une journée plus relax en banlieue dans un chalet de la famille de Fabian pour un barbecue dans le jardin.

 

Avec quelques amis de Fabian et Céline, entre saucisses et poivrons, on s'alimente de brochettes de discussions, d'une bonne tranche de rire, et au final on a la banane flambée au chocolat.

 

Une manif pour les réfugiés en musique avec la Musikarbeiterkappelle, une baignade dans le Danube et le match France-Suisse dans un bar clôtureront ce magnifique weekend à Vienne. Merci à Céline et Fabian pour leur accueil et à JJK pour ces moments dalibotesques.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    JJK (samedi, 02 juillet 2016 18:41)

    JJK vous remercie également de lui avoir permis d'exprimer sa folie dalibotesque.
    Bien cordialement !

    P.S : quelle surprise que n'ait pas été mentionné notre déjeuner au Good Food, Good Mood, restaurant dont le slogan pourrait être ma devise ;-)

  • #2

    Elena (vendredi, 08 juillet 2016 15:53)

    C'est bien vrai... Pour notre décharge, on pourrait dire que c'était pour garder l'endroit secret. Mais c'est vrai qu'ils méritent bien un peu de pub !

    Merci à JJK pour son active participation, qui nous fait bien plaisir !